Billet de blog

Réintégrer un travailleur après un burnout avec succès? Voici comment vous y prendre :

Un travailleur qui a souffert d’un burnout à la maison est-il prêt à retravailler ? Il est alors préférable de tout faire pour que la réintégration se déroule de la manière la plus harmonieuse et la plus confortable possible. En tant qu'employeur, vous souhaitez évidemment pouvoir pleinement compter à nouveau sur votre travailleur dans un avenir proche, mais à un moment comme celui-ci, la santé physique et mentale est primordiale. Lisez ici comment réussir la réintégration d'un travailleur après un burnout.

1. Continuez à communiquer en toute franchise

Les bases d'une réintégration réussie sont déjà posées pendant l'absence. En effet, même si votre travailleur est absent pendant un certain temps, il fait toujours partie de votre organisation. C'est pourquoi vous devez le contacter régulièrement pour lui demander comment les choses se passent. Il est important que vous montriez un intérêt réel et que vous n'appeliez pas simplement pour exercer une pression en vue d'un retour plus rapide. Veillez donc à ne pas causer de stress supplémentaire à votre membre de l’équipe : par exemple, ne faites pas savoir que sans ce collègue, les choses tourneront mal ou qu'une montagne de travail l'attend....

Group of young business people are working together in modern office. Creative people with laptop, tablet, smart phone, notebook. Successful hipster team in coworking. Freelancers.

2. Attaquez-vous aux problèmes

Si la cause du burnout n'est pas traitée, les risques de rechute sont très élevés. Par conséquent, avant même la réintégration définitive, parlez de la manière dont vous pouvez aider et proposez des solutions concrètes. Par conséquent, faites des soins autonomes une priorité dans votre entreprise. Par exemple, y a-t-il beaucoup de stress au travail à cause d’un flux d’e-mails continu, également après les heures de travail? Ensuite, fixez des limites claires pour tous les collègues.

Un membre de l'équipe a-t-il une influence négative sur l’ambiance, créant ainsi des tensions ? Agissez à temps, car une brebis galeuse ne doit pas tout gâcher pour les autres. Il peut également être utile de désigner une personne de confiance.

3. Ne mettez pas de pression

La réintégration après un burnout s'accompagne toujours de beaucoup de stress. Un retour au travail demande beaucoup d'énergie. Le travailleur doit encore découvrir jusqu'où il peut aller, tandis que cette personne ne veut pas vous décevoir en tant qu'employeur. Un programme surchargé avec des délais serrés n'est pas un accueil approprié.

Laissez le travailleur définir lui-même les limites. Une personne qui accomplit moins de tâches mais fournit un travail de qualité est plus précieuse pour votre organisation qu'un membre d'équipe surchargé ou démotivé.

4. Ne soyez pas condescendant

Bien sûr, en tant qu'employeur, vous voulez éviter que le travailleur ne soit tout de suite surchargé, mais ne le traitez pas comme un projet de charité. Tout le monde aime avoir le sentiment d'être important. Ne vous contentez donc pas de laisser le travailleur effectuer des tâches simples pendant la réintégration, mais montrez que vous voulez qu'il joue à nouveau un rôle à part entière. La condescendance n'est donc pas une bonne chose, mais un véritable intérêt pour le bien-être de vos travailleurs l'est par contre.

Réintégration après un burnout : veiller à un renfort en effectifs

La pression professionnelle excessive conduit chaque année à l'épuisement professionnel. Avez-vous le sentiment qu'un membre du personnel est (une fois de plus) surchargé de travail ou que le rythme de travail devient intenable ? Alors cela vaut la peine d'investir dans de nouveaux travailleurs. Agilitas vous aide dans votre recherche de renfort temporaire ou permanent.